La vente de Particulier à Particulier...gagnant-gagnant ?

Publié le 29 décembre 2015

La vente de Particulier à Particulier...gagnant-gagnant ?

Laurent, un de mes amis d’enfance, amoureux de belles voitures, et changeant de monture au moins deux fois par an, m’explique chaque fois que je lui pose la question…qu’il achète toujours ses voitures « de particulier à particulier »,

car, prétend il, il est certain de « faire une bonne affaire ».
Sa parfaite connaissance de la mécanique lui permet, au premier coup d’œil, de repérer la bonne occasion, et le vendeur accepte presque toujours de négocier le prix face à ses arguments incontournables… Dont acte !

Mais là ou le bât blesse…c’est lorsqu’il m’explique de façon tout aussi pragmatique qu’il revend systématiquement ses véhicules, « de particulier à particulier », utilisant le même canal, c'est-à-dire le site réputé spécialiste de la vente automobile qu’est La Centrale du Particulier.
La transaction est toujours favorable, d’après lui, au vendeur ...Dont acte !

Je ne m’explique cependant toujours pas, malgré ses arguments innombrables évoqués au fil des années, comment il est alors possible, voire envisageable, qu’à la fois
le vendeur vende plus cher et l’acheteur achète moins cher

Il en va de même pour la transaction immobilière…

Les diverses études statistiques nous amènent à considérer que 15% environ desvendeurs d’un bien immobilier sont totalement et irréversiblement réfractaires à l’idée de confier la vente de leur bien à un professionnel.
Les mêmes études déterminent qu’environ 25% des biens sont confiés à la vente à un intermédiaire dans le cadre d’un contrat exclusif, et 60% dans le cadre de mandats de vente « simples » à plusieurs intermédiaires et laissant la possibilité d’une vente directe de gré-à-gré.
Ne nous leurrons pas…la seule et unique raison qui motive les 15% de vendeurs qui refusent le concours d’un professionnel…est financière ;
Ils affirment avec certitude, comme mon ami d’enfance, que le prix de vente sera majoré des honoraires qu’un professionnel facturerait !

Intéressons nous alors aux acquéreurs

90% des acquéreurs effectuent leurs recherches par tous les supports et par tous les canaux existant, que le bien soit diffusé par agence ou de particulier à particulier ;
Ce qui leur importe, et c’est légitime, c’est le bien, et seulement le bien !
10% des acquéreurs se cantonnent exclusivement à la recherche d’un bien diffusé de particulier à particulier, estimant avec certitude, comme mon ami d’enfance, que le prix de vente sera majoré des honoraires qu’un professionnel facturerait !

Le paradoxe est saisissant…

15% de vendeurs systématiquement trop gourmands…pour traiter avec 10% des acquéreurs démesurément radins…

Je ne suis pas certain que l’opération se traduise par une transaction « gagnant-gagnant » !

 

Publié le 29 décembre 2015 sur le blog immobilier de Gilles HUBERT